07/01/2008

RASCOM-QAF1, Satellite panafricain

    Lancement réussi du satellite RASCOM-QAF1

   

Important, l’évènement l’est, car il s’agit, pour les Africains, de disposer de leur propre satellite de télécommunications qui leur assure des services de télécommunications dans les zones africaines rurales ainsi que des liaisons interurbaines et internationales sur tout le continent africain. Ces services comprennent à la fois la télévision directe, la téléphonie, la radio et l’accès à Internet.

imageIl a fallu mobiliser quelque 400 millions de dollars. Comme à son habitude, le Frère Guide de la Grande Jamahiriya Arabe Libyenne "Mouammar Kadhafi" a cassé sa tirelire en mettant dans la cagnotte commune pas moins de 61% du coût de l’opération ; une opération qui traîne depuis 5 ou 6 ans, comme l’a déclaré le Directeur de Cabinet du Frère Guide.

Dorénavant, avec ce joyau, les Africains pourront communiquer sans compter. Leurs communications ne passeront plus ni par Paris ni par Londres pour aboutir chez le voisin. Ainsi, ils pourront économiser la somme colossale de 500 millions de dollars, équivalant aux frais de communication acquittés aux opérateurs occidentaux. les Africains pourront faire face à d’autres chantiers de développement. Mieux, RASCOM-QAF1 placera l’Afrique sur orbite dans les domaines les plus variés comme la science, l’éducation et la santé.

Mais une équation importante reste à résoudre, à savoir celle de la commercialisation des services du satellite panafricain. De l’avis de Béchir Saleh Béchir, RASCOM-QAF1 offre la possibilité de construire 130.000 stations pour un coût d’acquisition de 1000 dollars/l’unité. Une broutille pour la qualité et les services assurés !

L’Afrique vient de mettre le pied à l’étrier ; elle n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Aux dires du PDG de la LAP, d’autres satellites seront construits et placés prochainement en orbite aux fins de réduire la fracture numérique avec les autres continents. D’ores et déjà, on peut affirmer que le Réseau Africain de Communications par Satellites (Rascom), regroupant 46 pays du continent, est en passe de gagner son pari, celui de mettre « on-line » le continent. Par ailleurs, mieux que tous les discours et professions de foi des dirigeants africains depuis les indépendances, RASCOM-QAF1 est la plus belle illustration du rêve panafricaniste si cher progressiste Libyenne Mouammar Kadhafi.

Les supporters du football africains pourront, dans un avenir très proche,  regarder leurs matchs de football favoris sans devoir chipotter au tuner de leur télévision dans l'espoir de régler les images horribles qui scintiellent aléatoirement quand elles ne disparaissent pas définitivement.

Les commentaires sont fermés.