29/01/2008

Entre tristesse et constat

La tristesse 
Le constat

ImageHormis sur un coup-franc et quelques montées, on n’a pratiquement pas vu BASSER, bien bloqué dans son couloir. RBATI, passé tout près de l’expulsion en début de match, a lui aussi eu beaucoup de mal à apporter le danger. A l’instar de OUADDOU et EL KADDOURI, souvent débordés par Agogo notamment, toute la défense marocaine a eu fort à faire devant le pays organisateur. Les quatre hommes, constamment sur le reculoir, ont souffert toute la partie. Dans leur match dans le match avec les milieux adverses, KABOUS, SAFRI et KHARJA se sont eux aussi inclinés face à l’envie adverse, nettement plus convaincante. Chargés de faire la différence devant, les trois attaquants marocains alignés au coup d’envoi se sont à peine montrés menaçants. HADJI a beaucoup bougé mais souvent pour rien. ABOUCHEROUANE n’a lui jamais réussi à se frayer un passage dans la défense. On peut également regretter pour le Maroc que l’ancien Lillois n’ait jamais tenté sa chance de loin. Quant à CHAMAKH, jamais dangereux non plus, il a été plusieurs fois signalé hors-jeu. Entré en jeu en seconde période, SEKTIOUI n’a rien amené de plus, même s’il s’est beaucoup activé sur son côté droit. En toute fin de match, LAMYAGHRI, battu à deux reprises, a privé le Ghana d’une victoire beaucoup plus large grâce à deux parades somptueuses. Nous avons été battu dans tous les secteurs de jeu et surclassés par la vivacité, la combativité et la présence des Ghaniens, un bien triste constat pour une équipe annoncée comme étant la favorite du tournoi

14:55 Écrit par Maroxellois dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.