21/02/2008

L'Affaire Ouaddou : La suite

Affaire Ouaddou - Laporte pour arrêter le match en cas d'incident raciste.

Affaire OuaddouLe secrétaire d'Etat aux Sports Bernard Laporte a demandé, jeudi, que le règlement soit "fermement et systématiquement appliqué" en cas d'incident raciste dans un stade de football et que l'arbitre "arrête le match", à la suite de l'affaire Ouaddou.

"Je souhaite qu'à chaque fois que l'arbitre constate ou est informé de comportements racistes, on arrête le match. Le règlement doit être fermement et systématiquement appliqué", a déclaré M. Laporte, précisant qu'il n'y avait "pas de honte à arrêter le match pendant cinq ou dix minutes, le temps de sortir" le(s) fauteur(s) de troubles.

"Par ailleurs, dans le cadre de la loi sur la sécurité intérieure qui sera discutée avant l'été, j'ai demandé à (la ministre de l'Intérieur, ndlr) Michèle Alliot-Marie de porter l'interdiction administrative de stade de trois mois à un an, c'est-à-dire toute une saison sportive, pour des individus violents".

En cas d'acte raciste de la part d'un joueur, dirigeant ou entraîneur, le secrétaire d'Etat a demandé aux fédérations une suspension systématique de sa licence.

Bernard Laporte a également nommé Marcel Desailly ambassadeur de la mobilisation du monde sportif contre le racisme: l'ancien capitaine de l'équipe de France devra, entouré des acteurs du football français (FFF, LFP, arbitres, supporters, etc) et de représentants du monde associatif (LICRA, etc.), "faire des propositions concrètes d'actions d'ici le printemps".

"C'est un vaste chantier", a reconnu l'ancien joueur, qui évoque par exemple la piste de la "formation des stadiers", et souhaite "réduire le racisme dans le sport, en espérant que ça se généralise dans la société".

En 2006-2007, des agressions verbales ou physiques ont été recensées dans environ 1,5% du million de matches amateurs, a dit à l'AFP Patrick Wincke, chargé de mission sur les questions de violence et de racisme dans le football amateur. De février 2007 à février 2008, les agressions physiques ont reculé de 7%, a-t-il ajouté.

Une campagne tolérance zéro sur les violences envers l'arbitre sera lancée en fin de saison et pour la saison prochaine, afin d'informer et sensibiliser le public. "Une claque peut amener en prison", rappelle M. Wincke.

17:01 Écrit par Maroxellois dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l affaire ouaddou |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.