09/01/2008

Henri Michel:"Se concentrer sur le premier match"

Henri Michel:  "Se concentrer sur le premier match" 

HM2

Le sélectionneur français du Maroc, Henri Michel, préfère se "concentrer sur le premier match" de poules à la Coupe d'Afrique au Ghana, contre la Namibie, avant d'envisager la suite du tournoi, a-t-il expliqué mercredi à Fès, deux jours avant un match amical contre la Zambie.

"Je préfère me concentrer sur le premier match contre la Namibie le 21 janvier à Accra puis ensuite réfléchir au match contre la Guinée le 24 janvier et du coup assurer la qualification pour le second tour", a-t-il dit. Dans le groupe A, le Maroc affronte également le Ghana, pays organisateur, le 28 janvier.

"Confiant dans la capacité de l'équipe à faire un bon parcours", Henri Michel "préfère obtenir des résultats match après match" plutôt que de faire des pronostics sur le parcours des +Lions de l'Atlas+ (surnom de la sélection marocaine) à la CAN (20 janvier au 10 février au Ghana).

Un autre match de préparation doit opposer la Maroc à l'Angola le 16 à Rabat, avant de partir le lendemain pour le Ghana.

اسود الاطلس , al mountakhab , mountakhab , les lions de l'atlas

La 5ième CAN de Michel

La cinquième CAN de Michel

La CAN, Henri Michel connaît. A 60 ans, l'ancien Nantais s'apprête à participer à sa cinquième édition, en cherchant cette fois à grimper une marche supplémentaire, après avoir échoué en finale avec la Côte d'Ivoire lors de la dernière édition.

Michel a beau avoir été capitaine de l'équipe de France et sélectionneur des Bleus lors de la Coupe du Monde de la FIFA, Mexique 1986, son destin est aujourd'hui intimement lié à l'Afrique. Son premier mandat africain, il l'a effectué à la tête du Cameroun, qu'il a mené à la Coupe du Monde de la FIFA, Etats-Unis 1994. Depuis, il fait partie du Who's who de la CAF.

Michel


Aujourd'hui, cet ancien milieu défensif tient les rênes du Maroc pour la deuxième fois de sa carrière. Il a été nommé en septembre pour conduire les Lions de l'Atlas à Ghana 2008 puis à la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010. Lors de sa première expérience marocaine, Michel était resté en poste pendant cinq ans, la mission la plus longue d'une carrière de bourlingueur qui l'a vu entraîner l'Egypte, la Grèce, le Qatar, l'Arabie saoudite, la Tunisie et les Emirats arabes unis.

L'ancien Canari avait présidé aux destinées des Marocains de 1995 à 2000. Ironie du sort, son limogeage avait été précipité par un décevant parcours lors de la CAN nigériane.
Impitoyable juge de paix, le rendez-vous continental l'a également privé de la Coupe du Monde de la FIFA, Corée/Japon 2002. Après avoir qualifié la Tunisie pour la grand-messe asiatique, il abordait la CAN comme une répétition générale qui lui permettrait d'effectuer les derniers ajustements en vue de l'échéance estivale. Malheureusement, son équipe avait dû quitter Mali 2002 au premier tour sans avoir marqué le moindre but. Résultat des courses : la fédération tunisienne avait remercié l'Aixois cinq mois avant la compétition asiatique.

Le tournant de 2006
Pendant longtemps, on a cru que la CAN était la bête noire de Michel. Heureusement, le technicien français s'est réconcilié avec l'épreuve à Egypte 2006, où il a conduit les Ivoiriens jusqu'à la finale. Au Stade International du Caire, ses Eléphants ne se sont inclinés qu'aux tirs au but face aux locaux après une partie tendue et stérile.
Michel semble vraiment enchanté de retrouver les commandes de la sélection marocaine, d'autant que les résultats plaident en sa faveur. Après le match nul face à l'équipe de France au mois de novembre, ses protégés ont décroché une belle victoire face au Sénégal, lui aussi qualifié pour la CAN, lors d'un match de préparation disputé à Colombes.
Certes, il garde un goût amer de son limogeage, il y a sept ans, mais il ne pouvait pas laisser passer cette nouvelle opportunité. "Je suis conscient que les deuxièmes fois sont toujours plus difficiles, mais c'est un défi extraordinaire", a-t-il déclaré avant son premier match sur le banc.

Le premier objectif de Michel sera d'effectuer une belle campagne continentale au Ghana, où son équipe a été versée dans le même groupe que les locaux, les imprévisibles Guinéens et les inconnus namibiens. "Nous espérons faire notre meilleur parcours possible mais tout le monde sait que les conditions climatiques rendent les choses très difficiles. En tout cas, le vrai objectif, c'est de qualifier l'équipe pour la phase finale de la Coupe du Monde 2010".

La dernière fois que Michel a travaillé en France, c'était au Paris Saint-Germain, en 1991. Depuis, il a posé ses valises dans neuf pays, dont cinq en Afrique. Ce baroudeur aime d'ailleurs à dire que cela fait une éternité qu'il n'a pas vu la neige.
Quoi qu'il en soit, c'est en Afrique qu'il semble vraiment chez lui. "Il a le foot africain dans le sang", confirme l'arrière latéral marocain de l'AS Nancy Mikaël Chrétien Bassir.

19:55 Écrit par Maroxellois dans Actualité des lions | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : henri michel, 5ieme can, can2008 |  Facebook |

05/01/2008

Zerka soulagé

Zerka soulagé

Zerka


Ravi de faire parti de la liste des 23 joueurs retenus par Henri Michel, le sélectionneur du Maroc, pour la Coupe d'Afrique des Nations (20 janvier au 10 février), l'attaquant nancéen Monsef Zerka ne s'attendait pas à cette bonne surprise. "Je suis soulagé. Vu mon temps de jeu, j'avais vraiment un doute. Je vais désormais me battre pour retrouver ma place dans le onze de départ. Cela sera un vrai challenge, car nous sommes huit attaquants pour seulement trois places. C'est très excitant", a-t-il confié sur le site officiel de l'AS Nancy Lorraine

02/01/2008

La liste des 23 séléctionnés

 La fédération de football Marocaine (FRMF) a annoncé ce mercredi la liste des 23 joueures qui composeront la sélection qui jouera la CAN2008 à partir du 20 janvier.

Image

1-Khalid Fouhami (Raja Casablanca).
2-Abdelilah Bagui (Moghreb Fes).
3-Nadir Lamyaghri (Wydad Casablanca).

4-Michael Bassir (Nancy/France).
5-Abdessamad Chahiri (Difaa El Jadida).
6-Abdeslam Ouaddou (Valenciennes/France).
7-Amine Rbati (Dafra/UAE).
8-Jamal Allioui (Sion/Switzerland).
9-Talal El Karkouri (Al Qatari/Qatar).
10-Badr El Kadouri (Dynamo Kiev/Ukraine).
11-Hicham Mahdoufi (Metallist/Ukraine).

12-Youssef Safri (Southampton/England).
13-Houcine Kharja (Piacenza/Italie).
14-Abdelkrim Kaissi (Enosis Paralimni/Cyprus).
15-Abderrahmane Kabous (CSKA Sofia/Bulgaria).
16-Youssef Hadji (Nancy/France).
17-Youssef Mokhtari (Al-Rayyan/Qatar).

18-Hicham Aboucherouane (Esperance Tunis/Tunisia).
19-Marouane Chamakh (Bordeaux/France).
20-Soufiane Alloudi (El Ain/UAE).
21-Tarik Sektioui (FC Porto/Portugal).
22-Bouchaib Lambarki (Grenoble/France).
23-Moncef Zerka (Nancy/France).

Cette liste peut être sujet à modification en cas de blessure de l'un ou l'autre joueurs, on notera l'absence plus que justifiée de Jarmouni et celle de Zairi, cela dit, en regretera la non présence de Boussoufa dans cette liste, mais qui sait, HM peut à tout moment et jusqu'au 10 Janvier, apporter des changement dans cette liste, Nous aurions aimé voir un Lemnafsi à la place de ce Zerka qui n'a encore rien démontré cette saison et dont la séléction reste l'unique surprise de la liste.

CAN2008: Maroc favori, selon Hadji et Chamakh

Le Maroc est capable de remporter la prochaine Coupe d'Afrique des Nations (CAN-2008) au Ghana, ont déclaré dimanche Youssef Hadji et Marouane Chamakh, deux des attaquants de la sélection marocaine.

Hadji-Chammakh

Interrogé par l'hebdomadaire marocain Tel Quel pour savoir si le public marocain a raison de croire à une victoire finale des Lions de l'Atlas, Marouane Chamakh a répondu: "Je crois que oui".

"On a à peu près le même groupe qu'en 2004, mais tout le monde a plus d'expérience", a-t-il ajouté, rappelant que le Maroc avait été éliminé de justesse de la CAN-2004, en phase finale, et de la Coupe du monde de 2006 lors des éliminatoires de la zone Afrique. "Vu le groupe et vu l'état d'esprit, je suis confiant", a ajouté le joueur de Bordeaux.

Son coéquipier Youssef Hadji, attaquant de Nancy, estime pour sa part que les derniers résultats positifs du Maroc en matches amicaux augurent d'une bonne performance.

"Quand on voit nos matches amicaux, on a le droit de rêver. On connaît nos qualités, on a des joueurs qui explosent actuellement. Tout le monde est en pleine forme, mais cette fois, on nous attend", a souligné Hadji. "Oui on a une revanche à prendre. Je le sens", a-t-il dit.

"On a fait un bon parcours en 2004 (finaliste de la CAN-2004 à Tunis remportée par la Tunisie) mais on a loupé la CAN-2006 et la qualification pour le mondial-2006. (...) Aujourd'hui, on a l'opportunité de rattraper tout ça, on en est conscient", a conclu Hadji.

L'édition 2008 de la CAN se déroulera du 20 janvier au 10 février au Ghana. Au 1er tour, le Maroc jouera à Accra dans le groupe A contre le Ghana, la Guinée et la Namibie.

29/12/2007

Ouaddou; Valenciennois de l'année

La rédaction de lavoixdessports.com a élu le défenseur central marocain meilleur joueur du VAFC pour l’année 2007

Débarqué de Grèce en janvier, Abdeslam Ouaddou est, un an plus tard, le guide du VAFC. Capitaine, l’international marocain, qui rejoindra bientôt le Ghana pour jouer la CAN, est l’un des meilleurs défenseurs centraux de L1. Travail, humilité, chaleur, il incarne VA et se nourrit des vibrations de Nungesser. Immersion chez celui qui a tout changé.

Une fin d’après-midi chez les Ouaddou, dans un petit village au sud de Valenciennes. Froid dehors et chaud dedans. Le fiston de cinq ans met en mouvement sa photo accrochée au mur. Le papa sourit. « Sûr que ça me plairait qu’il devienne footballeur. C’est un beau métier… » Surgit la petite soeur, trois ans, un tourbillon qui se jette à son cou pour faire l’avion. « Une fille, c’est pas pareil… », se marre-t-il, sous les yeux de Malika, son épouse, radieuse. La maman attend un troisième heureux événement pour la mi-janvier. 

« S’ils sont heureux, je suis heureux… », apprécie le chef de famille. La femme et les enfants d’abord. Ouaddou à VA, c’est donc à cause d’eux. « En Grèce, pour le foot c’était bien, mais la famille était déboussolée. » Après six mois au Pirée, il a arrêté les frais. Et VA fut le plus prompt. « Nancy me voulait mais je n’étais pas la priorité. Antoine (Kombouaré), lui, a été clair.
Six mois pour voir. Ça s’est bien passé. J’avais donné ma parole, je suis resté. » Malgré les propositions d’Espagne, d’Allemagne… En janvier 2007, son impact se résume à deux premiers matchs pour deux victoires, dont une mémorable au Parc (1-2), qui coûta sa place à Lacombe.
Jusque-là, VA ne s’était pas encore imposé à l’extérieur… Deux demi-saisons et un statut d’indispensable. Son bilan écrase tout : 27 matchs, 11 victoires, 10 nuls et 6 défaites.
Le secret d’une intégration aussi réussie se devine. Ouaddou a retrouvé dans le Nord ce qu’il aime, « des valeurs (qu’il) partage, des personnes qui parlent vrai ». Né dans le sud du Maroc, près d’Errachidia, il vit en France depuis l’âge de trois ans. Jeunesse à Nancy, avec sa soeur et ses deux frères. « Quand on est arrivés, ma mère “flippait”, il y avait de la neige. » Son père connaissait. Mineur, il avait creusé à Douchy-les-Mines (près de Denain) avant de partir en Lorraine.
Quand « Abdes » dit à ses parents qu’il veut devenir pro, ils ne comprennent pas tout de suite. « Pour eux, le sport c’était un loisir. La réussite, c’était se retrouver derrière un bureau. » Perdu. Le rejeton s’épanouit tellement à Jarville, son premier club, qu’il rejoint le centre de formation de Nancy. Là, le fils se souvient du mot courage. « Je n’étais pas parmi les meilleurs, mais avec le boulot je suis passé devant. » À l’époque, il croise Mody Traoré, futur équipier à VA.
Treize ans après, Ouaddou savoure, serein, et attend la suite. « Je viens d’avoir 29 ans. On dit qu’on est au maximum. Moi, je mesure qu’en un an à VA, j’ai beaucoup appris. Tous mes coachs m’ont apporté. À Fulham, Tigana m’a enseigné la rigueur tactique. Böloni, à Nancy puis à Rennes, m’a donné l’agressivité. Kombouaré, lui, me fait avancer dans la prise de responsabilités. »

« Ici, on sait pour qui on bosse »

Cette saison, le capitaine vit « quelque chose d’exceptionnel ». « Ici on sait pour qui on bosse. Il y a des gens qui font avancer le club. Quand tu viens travailler, tu n’as pas mal à la tête. » L’état d’esprit ? Ouaddou confirme. « Rudy (Mater), José (Saez), Mody (Traoré) et Steve (Savidan) tiennent la flamme. Ils ont tout connu. Ils sont importants, rien ne peut se perdre avec eux. » Pour garder le temple, Ouaddou mise aussi sur le public. « La saison dernière, quand on a enchaîné les 0-0, il n’a jamais lâché. J’espère que Nungesser conservera longtemps cette mentalité, c’est rare, précieux. À Nancy, c’est plus difficile. On vient d’aller faire 0-0 là-bas et le public a sifflé alors qu’ils sont deuxièmes ! » Ça plus ça… Au fond de lui, Ouaddou sent qu’il a posé ses valises. « Nous sommes bien ici. Je ne cours plus. J’ai gagné ma vie, je cherche la stabilité. Il y a un beau projet et mon projet c’est Valenciennes. Ce n’est pas un manque d’ambition. Je serais heureux de jouer dans le nouveau stade, de voir le public y puiser de la joie. On aura fait ça avec une bande de potes. On pourra être fiers. »

19:37 Écrit par Maroxellois dans Actualité des lions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : abdeslam ouaddou, valencienne |  Facebook |

27/12/2007

Samir Ajjam adjoint de H.Michel

Samir Ajjam adjoint de Henri Michel

 

Samir AjjamA moins d’un mois du coup d’envoi de la Coupe d’Afrique des nations dont les phases finales auront lieu au Ghana (20 janvier-10 février), le staff technique du Onze marocain est désormais au grand complet. Le poste vacant de sélectionneur- adjoint ne l’est plus après la nomination de Samir Ajjam.

Henri Michel sera donc assisté par un cadre national qui connaît fort bien la maison, après avoir occupé ces fonctions avec Philippe Troussier, le temps de deux mois, et Mhamed Fakhir avec qui il avait réussi la qualification à la CAN ghanéenne.

A rappeler que depuis l’arrivée de Henri Michel en équipe nationale, tout portait à croire que le poste de sélectionneur-adjoint serait confié à son compatriote Gérard Gili qui a préféré rester avec l’équipe ivoirienne olympique.

Toujours à propos du Onze national et contrairement à ce qu'il a été annoncé dans certains médias, l’international marocain Othmane El Assass a accepté avec fièreté l'invitation de Henri Michel. Celui-ci avait fait appel la semaine dernière à trente joueurs qui entreront début janvier en stage de concentration. El Assass qui évolue au club qatari d’Al Gharafa sera bel et bien de la partie, la confirmation a tét annoncé sur la chaine sportive Arryadia.