18/01/2008

Le nouveau souffle des Lions de l'Atlas

Elimination dès le premier tour il y a deux ans en Egypte, privés de Mondial 2006, les supporters marocains ont plutôt été déçus par les Lions de l’Atlas ces derniers temps.Image
Après des qualifications laborieuses, les coéquipiers de Marouane Chamakh, star adulée dans son royaume, ont viré de cap lors de la nomination d’Henri Michel en septembre. Le technicien tricolore a apporté un nouveau souffle à la sélection et transmis sa confiance au groupe. Le premier match amical contre le ghana et son résultat défavorable n'ont pas ébranlé la confiance qui commençait à s'établir entre le coach et les lions, Les matchs amicaux qui ont suivi n'ont connu que des belles performances présageant un bel avenir,La France, Le Sénégal, La Zambie et dernièrement l'Angola ont tous gouté à la furreur et au reveil des lions assoifés de victoire. Sur l’échelle continentale, le Maroc aimerait rapporter la deuxième Coupe d’Afrique des nations de son histoire, qu’il n’a plus remportée depuis 1976, c'est manifestement avec beaucoup d'assurance, de confiance et 'ambition que les lions de l'Atlas sont arrivé hier à ACRA (GHANA).

bassirPour sa première participation à la CAN avec les Lions de l’Atlas, le défenseur nancéien Michael Chretien Basser espère aller le plus loin possible et se nourit de beaucoup d'éspoir en vue des prestations et de de la qualité des joueurs séléctionnés " Cette grande première me tient à cœur. J’espère aller le plus loin possible dans cette compétition. Je suis un peu stressé, mais notre équipe sera présente dans les moments importants".

La préparation pour la CAN s'est soldé par des bons résultats "Nous avons eu effectivement de bons résultats. Il y a beaucoup de qualités individuelles et physiques dans notre équipe. Nous faisons courir l’adversaire, mais nous sommes montés progressivement en régime même si nous devons nous montrer plus réguliers sur un plan collectif. …Les supporters sont exigeants, mais ils adorent le football. Nous sommes dans une phase de reconstruction après notre raté en qualifications du Mondial 2006. Nous avancerons à grands pas si nous obtenons au Ghana de bons résultats. Il y a une nouvelle génération dont je fais partie qui s’est installée et je suis persuadé que nous allons réaliser de belles choses ensemble."

13/11/2007

Le Trio de l'AS Nancy

img62/8973/imageen7.jpg

Monsef Zerka, Youssouf Hadji et Michaël Chrétien sont français mais défendent les couleurs de l’équipe nationale du Maroc. Les trois lions de l’Atlas expliquent leur choix et parlent du match amical de vendredi contre la France au stade de France.

 Franco-marocain, vous auriez pu être dans le camp adverse vendredi prochain. Pourquoi avoir choisi l’équipe nationale du Maroc ?

Michaël Chrétien : « Cela a été un choix très difficile et j’ai vraiment pris le temps d’y réfléchir. J’ai pesé le pour et le contre pendant un an et demi. Je savais qu’il y avait plus de possibilités d’être appelé en sélection nationale avec le Maroc et j’avais aussi envie de porter le maillot du pays de mon père et de toute sa famille. Sportivement, il y avait aussi de beaux challenges à relever. »

Youssouf Hadji 
: « À un moment, j’ai été approché pour un match amical de l’équipe de France espoir. En même temps, j’ai reçu une convocation avec le Maroc. Je me suis un peu inspiré du parcours de mon frère Moustapha et j’ai donc opté pour le Maroc. »

Monsef Zerka 
: « J’ai disputé un match avec l’équipe de France des 17 ans mais j’ai vite senti qu’il fallait vraiment être un phénomène pour se faire accepter. Plus tard, j’ai été appelé en équipe espoir du Maroc et je m’y suis senti beaucoup plus à l’aise. Mon choix s’est donc fait tout naturellement. De toute façon, je suis lucide et je sais que j’avais peu de chance d’intégrer l’équipe de France A. »

Affronter la France, qui est aussi votre pays, doit être assez particulier ?

Michaël Chrétien : C’est le plus beau match que je puisse jouer avec le Maroc. J’étais vraiment très heureux quand j’ai appris la nouvelle. »

Youssouf Hadji
 : « C’est vrai que je vais un peu jouer à domicile. Quand il y a un match au Maroc, je n’ai la plupart du temps pas besoin d’invitation. Sur cette rencontre au stade de France, il m’en faudrait au moins une centaine. »

Monsef Zerka 
: « C’est bizarre, car on n’aurait très bien être dans le camp d’en face. C’est un match particulier pour moi car, à cause après ma longue indisponibilité, c’est la première fois qu’Henri Michel me convoque. J’espère que nous pourrons jouer tous les trois. Cela a failli arriver, mais j’ai été obligé de déclarer forfait à cause d’un ennui physique aux adducteurs. »

Est-ce que c’est plus qu’un match amical pour vous ?

Michaël Chrétien : « Ce match est très important pour nous, car nous sommes en phase de préparation pour la CAN 2008. C’est important de pouvoir se mesurer à une grande équipe et à ses grands joueurs. Cela va nous permettre de voir où nous en sommes collectivement. C’est aussi le match idéal pour se montrer et faire de la publicité à l’AS Nancy-Lorraine. »

Youssouf Hadji : « Cette rencontre doit nous permettre de donner une belle image du Maroc. Le football est très important là-bas. Quand l’équipe nationale gagne, c’est toute l’économie du pays qui se porte bien. » 

Monsef Zerka : « C’est d’abord un bon test avant la CAN 2008. C’est aussi très important de pouvoir se jauger par rapport à de grands joueurs comme Henry ou Malouda. »

Que pensez-vous de cette équipe de France ?

Michaël Chrétien : « C’est une équipe qui possède de nombreuses individualités de très haut niveau, mais qui peut douter si elle ne trouve pas rapidement le chemin des filets. Comme les Bleus aiment faire circuler le ballon, il faudra les empêcher de jouer et être costaud défensivement. À partir de là, nous pourrons les mettre en difficulté. »

Youssouf Hadji 
: « C’est une équipe en reconstruction après le départ de la génération Zidane. Ils s’appuient sur de bons jeunes et quelques joueurs plus expérimentés. »

Monsef Zerka
 : « Les Bleus ont eu du mal à se mettre en route, mais ils vont se qualifier pour l’Euro et réaliser une belle phase finale. Quand je vois des jeunes comme Benzema ou Ben Arfa pousser derrière, je me dis que cette équipe devrait vite décoller. C’est juste dommage qu’aucun Nancéien ne figure dans cette équipe A. J’aurais bien aimé jouer contre Issiar Dia. »

Est-ce que vous avez envie de vous mesurer à certains Bleus en particulier ?

Michaël Chrétien : « Cela me ferait forcément plaisir de jouer pour la première fois contre Thierry Henry ou Nicolas Anelka. Mais, il ne faudra surtout pas être spectateur. S’il faut être agressif sur le porteur du ballon, il ne faudra pas se retenir. »

Youssouf Hadji
 : « Malheureusement, il n’y a plus Zinedine Zidane. J’aurais vraiment aimé jouer une fois contre lui. Cela a failli se faire, mais le match amical prévu entre la France et le Maroc avait ensuite été annulé. »

Monsef Zerka
 : « Lilian Thuram. Il y avait aussi Patrick Viera, mais il est blessé. J’en avais d’ailleurs brièvement discuté avec lui au centre de rééducation de St-Raphael. »

Quelles sont les forces et les faiblesses de cette équipe du Maroc ?

Michaël Chrétien : « Nous avons beaucoup de joueurs de très bon niveau comme Youssouf Hadji, Marouane Chamakh, Talal El Karkouri, Abdeslam Ouaddou, Youssef Safri,… La liste est longue. Mais, nous venons de changer d’entraîneur et manquons encore de cohésion. Nous devons prendre confiance. Ce match contre l’équipe de France peut justement nous y aider et agir comme un accélérateur pour trouver des valeurs communes. C’est dans la difficulté que l’on avance le plus vite. »

Youssouf Hadji 
: « Nous avons un bon collectif, mais sommes beaucoup trop irréguliers. »

Monsef Zerka
 : « Il y a un gros potentiel au Maroc, avec de très bonnes individualités et une grosse envie de réussir. Mais, nous devons nous améliorer tactiquement et surtout devenir plus réguliers. »