13/08/2008

El Younoussi attend un signe de la FRMF

Le temps passe et risque de nous faire perdre un autre talentueux buteur en la personne de Tarik el Younoussi, la fédération marocaine se doit d'agir et le plutot possible pour éviter la perte d'un grand buteur en devenir, un buteur qui aspire à porter les couleurs nationales

tarikAprès avoir attendu en vain l’appel de la sélection marocaine, le jeune prodige d’origine marocaine Tarik El Younoussi, 20 ans, qui évolue à Heerenven (Pays-bas)a choisi d'attendre la séléction définitive de Roger Lemerre comptant pour le match amical face au Bénin le 20 Août pour donner une suite à sa carrière internationale.

Tarik El Younoussi, a évolué dernièrement sous les couleurs de son nouveau club hollandais (SC Heerenveen) et a fait parler la poudre en inscrivant un des deux buts marqués par son équipe, ceci est un appel du pied envers le nouveau sélectionneur national qui peut élargir encore sa liste pour permettre à ce joyau de gouter au plaisir de porter le maillot national.
Joint par téléphone le père de Tariq a indiqué "Mon fils attend un signe fort de la FRMF pour qu'il puisse enfin jouer pour son pays d'origine".

la FRMF estime-t-elle que le poste où évolue cet inconnu d'origine marocaine est suffisamment pourvu avec les internationaux marocains en place ? On compte sur le professionnalisme de la nouvelle équipe pour éviter de commettre certaines erreurs du passé et on pense affectueusement à Khalid boulahrouz. Tel Younoussi attend un signe pour faire son choix définitif.

Maroxellois le 13/08/08

00:41 Écrit par Maroxellois dans Actualité des lions | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : frmf, tarik el younoussi |  Facebook |

25/05/2008

Maaroufi: La FRMF face à l'embargo Belge

Maaroufi: La FRMF face à l'embargo Belge

 
Image IPB 

La Fédération Marocaine (FRMF) a décidé d'intenter une action auprès de la fifa à l'encontre de la Fédération Belge qui refuse toujours de fournir le dossier d'Ibrahim Maaroufi aux instances compétentes de la Fédération Internationale (FIFA). Ce dernier n'a toujours pas reçu la licence légale lui permettant de jouer pour le Maroc alors qu'il a entamé les démarches depuis plusieurs mois allant même jusqu'à afficher clairement son choix en acceptant la convocation de Fethi Jamal lors du dernier séjour des Lions de l'Atlas en Belgique.

La Fédération Marocaine a finalement décidé d'agir dans ce bras de fer qui handicape la carrière international du jeune prodige Marocain en le privant de matchs avec les Lionceaux; Des Lionceaux qui entameront ,dès le début de juin, une préparation pour un tournoi qui se déroulera dans le courant du mois du même mois, Maaroufi sera, encore une fois, écarté de la sélection des Lionceaux à cause de cet embargo exercé par la Fédération Belge.

02:00 Écrit par Maroxellois dans Actualité des lions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : frmf, maroc, maaroufi, belgique |  Facebook |

07/05/2008

Projet de restructuration de la FRMF

Le bureau d'études chargé de l'élaboration d'une étude sur la restructuration de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) a présenté son projet finalisé, lors d'une réunion du bureau fédéral tenue mercredi à Rabat.

Ce projet s'est inspiré notamment de l'organisation de certaines fédérations qui sont gérées de façon professionnelle depuis plusieurs années, tout en tenant compte des observations et suggestions émises lors des précédentes réunions, indique un communiqué de la FRMF. Le projet présenté s'articule autour de la mise en oeuvre d'un organigramme opérationnel définissant clairement les rôles et responsabilités de chaque structure dans le sens de l'amélioration de la gouvernance de la FRMF.

Dans ce cadre, une optimisation de l'effectif sera opérée en renforçant l'aspect qualitatif des ressources humaines et en procédant au détachement de certaines activités annexes ainsi qu'au regroupement de certaines fonctions afin d'alléger les charges de la FRMF, selon la même source. Par ailleurs, la FRMF fait savoir que l'encadrement des équipes nationales continuera à être assumé, à titre transitoire, par le directeur technique national, Fethi Jamal, assisté de collaborateurs de son choix.

A cette occasion, le bureau fédéral a présenté ses remerciements au DTN "pour le travail qu'il a initié et programmé à tous les niveaux, ce qui a permis à toutes les équipes nationales de réaliser leur programme de préparation conformément aux prévisions établies dans le cadre de leur participation aux compétitions continentales et internationales". Lors de cette réunion, le bureau fédéral a également pris connaissance de l'état d'avancement des travaux relatifs aux centres de formation prévus dans le contrat-programme signé avec les pouvoirs publics.

La FRMF précise que les travaux de construction de quatre centres seront achevés fin avril courant (OFPPT Casablanca (régional), Safi, El Jadida et Oujda) et que les centres de Meknès, Khémisset, Tétouan, Tanger et Casablanca (WAC) sont en cours de réalisation, alors que les travaux de construction de celui de Khouribga seront lancés en octobre prochain.

Plusieurs autres centres sont prévus à l'horizon janvier 2010, à savoir ceux de Marrakech, Agadir, Laayoune, Kenitra, Fès (MAS) et Rabat (FUS),en plus d'autres centres régionaux à Fès, Oujda et Agadir. Le bureau fédéral a également examiné les actions entreprises en collaboration avec la FIFA, notamment le plan de réforme du Championnat national (GNFE-1 et 2) et le contrat de réalisation par la FIFA du gazon artificiel du stade de Kénitra et du Centre national de football (en cours de signature).

Le projet de collaboration avec la FIFA comprend également l'organisation de stages au profit des entraîneurs de haut niveau et des arbitres internationaux et fédéraux, et de séminaires pour les directeurs techniques nationaux.Le bureau fédéral a également passé en revue le programme officiel des différentes équipes nationales et des clubs nationaux pour les prochaines échéances continentales.

23:36 Écrit par Maroxellois dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : frmf |  Facebook |

26/02/2008

La FRMF réfléchi lool !!

La FRMF s'accorde un 'court délai de réflexion' avant la désignation d'un nouvel entraîneur

La Fédération royale marocaine de football (FRMF) a décidé de s'accorder un "court délai de réflexion" avant la désignation du nouvel entraîneur de l'équipe nationale, en remplacement du Français Henri Michel, limogé le 7 février courant.
Cette décision a été prise à la suite d'une réunion, tenue mardi à Rabat, entre le bureau fédéral et les représentants de Amicale nationale des entraîneurs, dans le cadre des concertations relatives à la désignation du sélectionneur national et de son staff.
"Après un large échange de points de vue, il a été convenu de s'accorder un court délai de réflexion" pour l'examen "des propositions consensuelles retenues", indique la FRMF dans un communiqué.
La même source précise que le bureau fédéral "annoncera incessamment" les résultats de ces consultations.
L'ancien entraîneur des Lions de l'Atlas, Henri Michel, a été limogé au lendemain de l'élimination des Lions de l'Atlas dès le 1er tour de la Coupe d'Afrique des nations (CAN-2008), disputée du 20 janvier au 10 février au Ghana.

06/02/2008

Le casse tête des écheances

L’année 2010, n’est pas si loin que ça. C’est pour bientôt. Et la question qui doit tarauder dès à présent les esprits des responsables du football national, plus précisément des personnes qui s’occupent de la sélection première, est de savoir si la qualification à la CAN angolaise est une fin en soi ou un premier objectif qui doit être suivi par de probants résultats dans cette échéance continentale ?

week-pic-27-04-2004Apparemment, se fixer des objectifs à des échéances à court et moyen termes, ce n’est pas le fort des dirigeants fédéraux. Pour ces derniers, l’importance est que la sélection marocaine soit présente dans les phases finales de la Coupe d’Afrique des nations. Qu’il y ait résultat ou pas, cela c’est une autre paire de manche. Une fois la déconvenue au rendez-vous, ils s’ingénieraient, comme toujours, à trouver les prétextes et les justifs pour faire tourner la page.

Faute de changer de décideurs, chasser les fédéraux, ils reviendraient au galop, il est grand temps de changer de mentalité. Et ce long processus commence par une radioscopie de la sélection première, qui pour le moment, laisse dégager des signes notoires que ce n’est pas demain qu’elle fera bonne figure dans une CAN. Lors de la prochaine édition en Angola, il faudrait se rendre à l’évidence que ça sera pratiquement la même équipe qui défendra les couleurs nationales. En deux ans, un espace temporel fortement réduit, il est difficile de bâtir une sélection compétitive, capable de tenir la dragée haute aux grosses cylindrées du football continental.

Avec les quelques internationaux éparpillés dans de petits clubs européens ou encore des joueurs évoluant dans les championnats du Golf, il ne faudrait pas s’attendre à un exploit. Bien avant l’entame des éliminatoires de la CAN 2010, la qualification est quasiment acquise d’avance, au vu du système de qualification adopté par la CAF, mais une fois dans le bain de la compétition, le remake du fâcheux scénario d’Egypte 2006 et du Ghana 2008 risque fort bien de se concrétiser. Car le football au plus haut niveau, ce n’est plus un simple jeu, mais une équation où tous les paramètres sont définis au préalable.

Partant de ce constat, techniciens, encadreurs et responsables sont priés derevoir leur stratégie, de s’accorder le temps nécessaire à partir sur des bases aussi solides que saines et à se montrer francs à l’égard du public. Ne laissant pas celui-ci baigner dans des chimères pour qu’au lendemain de la compétition, il tombe de nouveau de si haut.

En dépit de cette triste réalité, le tableau n’est pas si noir que ça. Car bercer dans le nihilisme ne peut en aucun cas aider le football marocain à aller de l’avant. Mais pour percer davantage dans le bon sens, la discipline a besoin, non pas de la procédure de table rase, mais d’un remue « méninge » pour qu’elle puisse s’en tirer à bon compte. La manne financière, contrat-programme et droits télé, étant déjà là, conséquente pour certains et modeste pour d’autres, doit être exploitée à bon escient, particulièrement dans deux secteurs.

Le premier chantier est la mise à niveau du championnat local appelé à jouer pleinement son rôle, en étant un vivier de choix pour tout sélectionneur voulant renforcer les rangs du Onze national. La voie du salut serait donc de s’inspirer des modèles égyptien et tunisien de sorte à rehausser le niveau de l’exercice local, via des clubs pourvus de moyens confortables parvenant à s’attacher les services et à garder dans leurs effectifs des joueurs de valeur. Des clubs qui joueront les premiers rôles dans les deux concours africains, Ligue des champions et Coupe de la CAF. Une telle option, qui s’inscrit dans une dynamique positive, ne peut être que d’un bon apport pour la sélection du fait que les joueurs qui la composent auront plein de matches de haut niveau dans les jambes et surtout une bonne expérience en matière de football africain.

Le deuxième point se rapporte aux opérations de prospection et de formation. Certes, les résultats escomptés ne peuvent prendre forme de sitôt, mais il faudrait se mettre à l’esprit que le long terme se prépare en parallèle avec les échéances les plus proches. Là aussi, il y a deux modèles à calquer.

L’un est français et le deuxième est africain. Pour le cas de l’Hexagone, la réussite et le renouveau du football tiennent à la formation. Après les titres européen et olympique en 2004, en plus d’une troisième place au Mondial mexicain deux ans plus tard, le football français a disparu de la scène mondiale. Sauf que ce n’était que partie remise. De 1986 à 1998, la direction technique française a travaillé d’arrache-pied en matière de formation des jeunes. Un travail de sape et de longue haleine qui a été sanctionné par un retour au devant de la scène et des clubs et de la sélection qui a récolté pas moins de trois sacres majeurs en deux ans : un Mondial, un Euro et une coupe de la Confédération.

Pour le cas africain, les exemples ivoirien, sénégalais et camerounais sont faits pour nous rappeler que la formation des jeunes s’effectue au niveau local. Les Drogba, Essien, Eto’o et la liste est longue ont fait leurs premières armes dès le bas âge dans leurs pays respectifs, en intégrant des académies de football, instaurés et financés par les prestigieux clubs du Vieux continent. Une fois affûtés, les lauréats desdites académies ont été courtisés et recrutés par les meilleures écuries européennes. Le joueur, un professionnel au vrai sens du terme, se trouve gagnant comme d’ailleurs sa sélection qui peut compter sur ses services aux échéances continentales et internationales.

Bref, le ballon est désormais dans le camp des responsables du football marocain, sommés à revoir leur carte pour sortir la discipline du marasme et des déconvenues qui ponctuent, hélas, les sorties de l’équipe nationale première.

20:14 Écrit par Maroxellois dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mondial 2010, priorites, objectifs, frmf, echeances |  Facebook |

15/01/2008

La FRMF & la Communication

- Pourquoi notre fédération nationale de football est toujours à la traine en matière d'information ??

- Que signifie ce mutisme ambiant de la part des dirigeants de notre football ??

La Fédération royale marocaine de football (FRMF) est une association regroupant les clubs de football du Maroc et organisant les compétitions nationales et les matchs internationaux de la sélection du Maroc. Elle a été fondée en 1955. Elle s' est affiliée à la FIFA depuis 1960 et elle est membre de la CAF depuis 1966. dés décénies sont passées et notre fédération est toujour à la traine en matière d'information et de communication, il est impensable que pour un pays tel que le maroc qui vit naturelement avec son temps et avec les nouvelles technologies de communication, ne possède toujours pas une fédération nationale de football intelligente et moderne à l'image des autres pays .

Si la FRMF est très active dans pas mal de domaine, on est forcé de constater qu'en matière de communication, notre fédération est totalement à la traine lorsqu'il s'agit de nouvelles technologie d'information comme l'Internet qui est métrisé par les peuples les plus réculés du monde, un site fédéral archi nul ou la navigation est impossible, les mises à jours sont très rares pour ne pas dire quasi inexistantes, les mises en page sont digne d'un site du mouen age informatique...

Le manque de communication de la part de la FRMF prouve la politique de désinformation que mène celle-ci, une politique de caverne qui ne laisse rien apparaitre à part les communiqués de presses publiés par les quotidiens nationaux, à défaut d'informer ,la fédé s'amuse à désinformer. j'ai vraiment honte de l'image ringarde que donne notre fédération à travers son site officel  je vous invite à visiter les sites des fédérations de nos voisins les plus proches et quelques sites des fédérations sub-sahariennes pour se rendre compte de l'ampleur de la ringardise que notre fédération exibe fièrement

Fédération Algérienne de Football

Fédération tunisienne de Football

Ghana Football Association

Guam Football Association  

permettez moi de laisser le meilleur pour la fin, et voici le site de l'excellente

Fédération Royale marocaine de Football 

bon surf et bon courage surtout

Nous avons le droit d'exiger une meilleure presentation et representation de notre football.

25/10/2007

Hosni Benslimane : Wanted

snapshotLe juge Patrick Ramaël, qui instruit le dossier Ben Barka, a signé cinq mandats internationaux visant le chef de la gendarmerie royale marocaine, le général Hosni Benslimane, l’ancien patron des renseignements militaires, Abdelakder Kadiri, Miloud Tounsi, alias Chtouki, un des membres présumés du commando ayant enlevé Ben Barka, Boualem Hassouni, infirmier et agent du Cab, une unité des services secrets, Abdelhak Achaachi, également membre du Cab1.

Tout ce beau monde est présumé innocent ,il faut donc raison gardé et ne pas les accuser sans preuves.

Prise de court, la ministre de la Justice, Rachida Dati, qui accompagne le chef de l’État au Maroc, assure ne pas en avoir pris connaissance. Reste que les mandats signés par le juge ne peuvent être délivrés sans l’aval de la chancellerie. Il est de ce fait peu probable que le ministère de la Justice y donne suite, du moins sur le court terme. Côté marocain, cette affaire a fait grincer les dents. Dans l’entourage du roi Mohamed VI, elle a été qualifiée « d’obscène », d’autant que le général Benslimane est un proche du souverain marocain.

Pour rappel, Hosni Benslimane est un général de corps d'armée marocain, commandant de la Gendarmerie royale marocaine. Né en 1935 à El Jadida, il est le militaire le plus haut gradé des forces armées royales, En 1994, Benslimane est nommé président de la commission provisoire chargée de la gestion du football marocain. En 1996, il est élu, puis réélu depuis, par acclamation président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF). Il préside également le Comité national olympique marocain .

Et dire qu'il fut un modeste gardien de but du FAR (Imaginez un Jarmouni Général puis président de la fédé Surprise) . Le supporter marocain n'a rien à faire de cette affaire vielle de plus de 30 ans ,ce que nous voulons c'est une réforme profonde de notre fédération ,celle-ci ne peut aboutir qu'en structurant notre institution depuis son sommet , les fans des lions de l'Atlas seront très heureux quand le Général ne sera plus car c'est le seul moyen de le déloger de son poste de président de la FRMF,On lui souhaite donc une très longue vie Clin d'oeil

18:31 Écrit par Maroxellois dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : benslimane, president, frmf, ben barka |  Facebook |