07/12/2007

La misogynie Jarmouniènne

misogyneLa misogynie est un sentiment d'hostilité et de dédain qu'éprouvent certains individus à l'égard des femmes, c'est  aussi une relation intergroupe entre hommes et femmes où les femmes sont sous-évaluées par rapport aux hommes; Notre Cher gardien national fait partie de cette race d'homme qui se croit supérieur à la femme au point de refuser de serrer la main à une arbitre nationale connue et reconnue pour ses capacités d'arbitrage sous pretexte qu'elle est une femme.

Il parait qu' il n'y a pas d'universalité en matière de salut, Le capitaine du FAR a serré la main des trois arbitres masculins et a peut etre adressé le salam à notre arbitre féminine (4ieme arbitre de la rencontre FAR/IZK) sans lui serrer la main, quoi qu'il en soit, le fait de réagir de la sorte, si tel était le cas, est déjà une sorte de discrimination indigne d'un capitaine qui logiquement doit representer l'ésprit de l'équipe et non ses convictions religieuses personnelles.

Evoquer ses principes religieux est une boutade surtout si l'on se réfère à la loi FIFA contre la discrimination qui prévoit la suspension à cinq matches jusqu’à l’exclusion des compétitions internationales pour ce genre d'atittude .

Art. 1 : Celui qui, publiquement, rabaisse, discrimine ou dénigre une personne d’une façon qui porte atteinte à la dignité humaine en raison de sa race, couleur, langue, religion ou origine ethnique, ou qui a un comportement discriminatoire et/ou inhumain envers autrui sera suspendu d’au moins cinq matches à tous les niveaux. L’autorité prononcera également une interdiction de stade à son encontre et une amende d’au moins 20 000 Francs suisses. Si l’auteur de tels actes est un officiel, le minimum de l’amende sera de 30 000 Francs suisses.

Art. 4 : Si des joueurs, des officiels d’associations ou de clubs et des spectateurs font preuve de quelque façon que ce soit d’un comportement discriminatoire ou inhumain au sens des alinéas 1 et/ou 2 de cet article, l’équipe à laquelle ces personnes seront rattachées, si tant que cela soit possible, se verra retirer d’emblée trois points dès la première infraction. La deuxième infraction entraînera un retrait de six points et la troisième infraction aura pour conséquence la relégation. Pour des matches où aucun point n’est attribué, l’équipe concernée, dans la mesure où l’on peut l’identifier, sera disqualifiée.

De part ce billet ,je tiens à rendre hommage à toutes les femmes de la terre qui se battent contre ce genre d'ideologie archaique digne de l'âge de pièrre, je tiens aussi à faire mes sincères encouragements à nos representantes féminines auprès de l'arbitrage mondial

Image

J'espère qu'allah répondera enfin aux prières de Jarmouni pour qu'il arrête de faire ses gamelles que j'ai surnommé affectueusement "Jarmounada", un surnom qui,aujourd'hui, lui colle à la peau et lui va à ravir.

19:48 Écrit par Maroxellois dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : jarmouni, femme arbitre, tarik, arbitrage |  Facebook |

04/12/2007

La guerre des goals

Le sujet fait débat….depuis bien des années malheureusement. La tournée «française» de nos Lions n’a, malgré toute la satisfaction engendrée, pas réussi à répondre à la fameuse question: qui pour garder les cages de notre sélection ?

goal1Aux bourdes de Nadir au Stade de France ont succédé les hésitations de Jarmouni face au Sénégal; toujours sous les yeux de leur compère Bagui depuis le banc des remplaçants.
On ne compte plus les échecs pour ne parler que des récents, que l’on peut amputer partiellement (évidemment) à la confrérie des gardiens qui chez nous malheuresement s’apparentent le plus souvent à celles des gaffeurs.
Sans remonter à la «Azmi» (qui au passage reste le plus prompt au titre de digne successeur de la légende Zaki) lors du Mondial 1994 face aux saoudiens ou les célèbres boulettes du gardien au pyjama Benzekri quatre ans plus tard ; l’histoire récente de notre sélection regorge de faits de ce genre-là.
Souvenez-vous de Fouhami en finale de la CAN 2004 ou encore Nadir à Rades un soir d’octobre 2005. Bref, le mal est profond, assurément. Rendez-vous compte que Zaki lui-même, sûrement le Marocain le plus apte à désigner le gardien idéal pour notre Onze, a eu beaucoup de mal à se décider, faisant confiance ainsi tout à tour à Bagui, Jarmouni, Fouhami, Sinouh puis Nadir. Tout ceci juste en l’espace de trois ans. Quand on connaît la sensibilité du poste et le critère déterminant de la stabilité, ça pousse à réfléchir… Zaki parti, Fakhir a intronisé à la veille de la CAN 2006 son poulain Jarmouni. Une expérience africaine en club conséquente (2 Coupes d’Afrique gagnées SVP), un vécu en sélection non négligeable; autant d’éléments qui ont mis en confiance le militaire. On ne serait pas loin de la vérité si on affirmait qu’il fut le meilleur des 23 en Egypte malgré un jeu aux pieds qui laisse désespérément à désirer. Il a depuis marqué le pas, multipliant les bourdes et autres hésitations. Ses dernières sorties ont même laissé apparaître une fragilité surprenante qui le pousse à des excès de colère inquiétants. Dernier exemple en date : le pathétique geste envers son pauvre coéquipier Shihab, coupable d’avoir inscrit un but contre son camp en finale de Coupe du Trône. Geste inadmissible venant d’un sportif de haut niveau. Plus calme mais pas réellement plus rassurant, Nadir a pour le moment la confiance (limitée ?) de Michel. Le Wydadi possède des réflexes sûrs mais son manque de compétition actuel risque éventuellement de lui être fatal au moment de la décision. Bagui? Juste un suppléant dans la tête du coach. Chadli ? Pas dans les petits papiers du sélectionneur. Fouhami ? Possible, beaucoup d’expérience et un vécu en grande compétition (CAN 2000 avec… Michel et CAN 2004).
Mais c’est juste faire du neuf avec du vieux me direz-vous ? Oui, pas le choix. Point de relève à l’horizon. L’école du MAS nous a sorti deux bons éléments: Fagrouch ou l’olympique Bourkadi. Bons mais encore tendres pour le haut niveau. Kouha ? Porté disparu…
Restent les solutions «européennes» malgré leurs difficultés évidentes d’adaptation aux joutes africaines. Après l’expérience du «Néerlandais» Sinouh, la piste la plus probable est le «Danois» Karim Zaza ; un nom qui revient depuis des années. Souvent évoqué donc mais jamais convoqué.
Bref, pas facile de s’y retrouver mais il va bien falloir se décider. Le temps presse. Accra c’est dans moins de deux mois…

Aujourdhui.ma

20:31 Écrit par Maroxellois dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bagui, jarmouni, fouhami, sinouh, fegrouch, bourkadi, nadir, zaza |  Facebook |