07/11/2007

Larbi Ben Barek.La légende marocaine

Larbi Ben Barek.

Singulière carrière que celle du Marocain Larbi Ben Barek. Cinquante-deux ans après avoir raccroché les crampons et quinze ans après sa mort, son nom continue d'alimenter l'actualité footballistique. Natif du Maroc sur fond tragique de ''Grande guere, le joueur occupe une page à part dans l'histoire des diasporas footballistiques. En 1938, il a inauguré, depuis la cité phocéenne, la liste toujours ouverte des footballeurs maghrébins de l'équipé de France. Depuis, interruption pour cause de conflit mondial mise à part, sa carrière a été jalonnée de succès. «Même brève, sa vie de footballeur a été exceptionnelle, médiatique à satiété», rappelle Claude Boli, chercheur à l'Université d'Evry et au Musée du sport.

Les recherches studieuses de Claude Boli sur ''La Perle noire'' l'ont mené à replonger dans la lecture des archives et des journaux d'époque. «Peu de sportifs ont nourri, autour de leurs noms, autant de légendes». Son talent et sa bonté naturelle lui ont valu un traitement médiatique atypique. Morceau choisi : une photo publiée en pleine une de L'Equipe. Tenue de ville de rigueur, le Marocain jongle dans le bureau du directeur du journal avec une... corbeille. Preuve que la talent s'exprime dans toutes les conditions, fussent-elles les moins réglementaires. La pièce archivistique orne, tel un document rare, le fonds du Musée du sport à Paris.

L'inventeur du transfert à sensation

Frère de l'ex-Marseillais Basile, Claude Boli parle de deux «grands moments» dans la carrière de Ben Barek. Daté de janvier 1939, le premier coïncide avec sa deuxième sélection sous le maillot bleu contre la Pologne (amical 4-2). Pour l'occasion, le journal sportif L'Auto demande à ses lecteurs de trouver un surnom imagé au Franco-marocain. La rédaction reçoit un courrier abondant. Réponses parmi d'autres : «La flèche noire», «la perle noire», «le diamant noir», «la gazelle noire», «le cobra noir», etc. Sans les énumérer toutes, Claude Boli précise que nombre de suggestions sont inspirées d'un «certain imaginaire colonial». Bien des adjectifs - «nègre» entre autres - empruntent aux stéréotypes et aux caricatures apparues neuf ans plus tôt lors de l'exposition coloniale, Porte dorée à Paris. Ben Barek apprendra, à ses dépens, les dérives du racisme en décembre 1938 à Naples lors d'Italie-France. Au plus fort du fascisme de Mussolini, les médias et le public transalpins lui réservent un accueil inamical. Sifflets et propos racistes rythment les clameurs des tribunes napolitaines.

Second temps fort : son départ, en 1948, à l'Atlético Madrid. Claude Boli, qui a consulté la presse de l'époque - espagnole et française - parle d'un débauche rédactionnelle sans précédent. Le transfert inspire des articles et un traitement rédactionnel jamais observés auparavant. «C'est devenu une véritable affaire». Dans les rédactions de Marca et de AS, on s'intéresse à tous les tenants et aboutissants du transfert. Ambition sportive pour booster une carrière. Motivation financière pour nourrir sa famille et faire face aux impératifs d'un second mariage. Attachement à l'Espagne andalouse que séparent de son Maroc natal quatoze bornes maritimes : tout y passe. Ben Barek, l'initiateur du transfert à sensation.

18:22 Écrit par Maroxellois dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : lions de l atlas, mountakhab, larbi ben barek |  Facebook |

30/09/2007

Lions de l'atlas


00:03 Écrit par Maroxellois dans Coups de coeur | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : lions de l atlas, mountakhab |  Facebook |

21/04/2007

SuperChamakh

img262/8242/superchamakhci6.jpg

16:38 Écrit par Maroxellois dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mountakhab, football, chamakh, lion |  Facebook |

14/03/2005

El mountagheb

=============================

                             Mon  Blog


Ce Blog rassemblera des images retouchées ou reèlles de nos sportifs préférés, des articles insolites, des blagues et tous ce qui touche de près ou de loin à l'actualité humoristique des sportifs marocains.

l'unique et la seule raison de l'existence de ce blog est de mettre à l'honneur nos sportifs préférés d'une manière plus légère . On peut rire mais en aucun cas il sera question de se moquer .

Les situations décrites dans ce Blog sont purement imaginaires, Considérez ces photos ou ces images retouchées comme une sorte de caricature dont l'unique but est de montrer nos idôles dans un registre ou le second degré est de rigueur.... Ce Blog est une oeuvre de fiction. Toute ressemblance avec la réalité est à imputer à celle-ci. Aucun rapport avec aucune réalité !



Riez mais ne vous moquez pas ...


N'hésitez pas à poster vos commentaires sur l'une ou l'autre image et surtout n'hésitez pas à me faire part de vos propositions et vos idées qui rentrent dans le scénario de ce blog.



Une préfèrence pour le football et plus particulièrement pour le football marocain et ces Lions de L'Atlas, joueurs de l'équipe nationale marocaine ,la seule équipe qui me fait vibrer. Mokhtar , Chamakh , Hadji , Zairi , Naybet , El karkouri , Regragui , Kharja , Zaki et les autres , auront tous un hommage personnalisé et peut être même drôle

Je suis un fervent supporteur des lions de l'Atlas depuis l'age de 7ans. J'ai connu les Farras, 3ssila, Krimou, , Zaki en tant que gardien de but, Zimoumi , ...la génération merveilleuse des années 80 ,celles des années 90 avec Naybet ,Bassir ,Kamacho ,Mustapha Hadji...Toutes les générations m'ont apportés leur part de Stress et de sueur froide ,des moments de pur bonheur et des moments de désarrois et de solitude ,tout ce qui fait la magie du Football

le bloggeur est un internaute actif sur des forums et qui réagit sur les blogs des autres. Comme il a envie d'exister, il crée son blog tout en continuant à papillonner sur celui des autres. Toutefois, quand l'audience de son blog devient significative, l'étude montre qu'il a tendance à se concentrer sur son support.
On a vu des blogs devenir vraiment référents, voire développer une audience supérieure à bien des sources de presse traditionnelles. Du coup, leur auteur a développé une notoriété et commencé à exister dans les médias ou comme conférencier. A la fin, cela conduit généralement à un livre dont on parle dans le microcosme.
Finalement, le blog est peut-être un vrai phénomène de démocratisation d'une certaine idée du "journalisme", parfois un moyen de se faire connaître pour "devenir quelqu'un", toujours l'expression d'une appétence au dialogue et à l'écriture.

=============================

              LES LIONS DE L'ATLAS

Les Générations

2004/2005

                      

2004

                       20045ir.jpg

2004 CAN

                       2004bis2ru.jpg

2002

                       20022um.jpg

2000

                           

2000

                       20002yx.jpg

1998

                    

1994

                       947hs.gif

1986

                       cm863rv.jpg

1976 Génération en Or

                       761ee.jpg

1973

                      19730gs.jpg

1969-70

                      19693ui.jpg

1966

                      19663jj.jpg
            

=============================

             Histoire du Football Marocain

Même s'il est situé Outre Atlantique, le Mexique est devenu un pays familier pour les Marocains. D'abord, par l'excellence des relations diplomatiques entre les deux pays. Mais aussi et surtout parce qu'entre les Mexicains et nous, s'est tissée une relation d'amour footballistique. La longue distance qui nous sépare, a été raccourcie par la chaleur humaine des Mexicains véhiculée par la télévision en 1970 et en 1986.
Sur cette terre, les lions de l'Atlas ont retrouvé chez ses habitants la même spontanéité et le naturel qui caractérisent les Marocains. Par deux fois, en l'espace de 16 ans, ils ont foulé cette terre avec autant de bonheur.
Dans une rencontre comme celle de la coupe du monde de football, le soutien du public local ne s'oublie pas.
Surtout, quand il est lié à des exploits de l'équipe nationale, toujours frais dans la mémoire du public national. Mêmes les dates de ces prouesses sont retenues par les férus de notre équipe nationale.

Le 3 juin 1970, le Maroc donnait du fil à retordre à la prestigieuse équipe allemande de Beckenbaeur, Gerd Muller, Sepp Maeir et les autres, à Monterrey.
Le11 juin 1986, le Maroc est le premier pays africain à s'être qualifié au deuxième tour de la phase finale de la coupe du monde à Guadalajara.
Le 10 octobre 1993, l'équipe nationale battait la Zambie à Casablanca dans le dernier match qualificatif pour la Mondial 94 aux États-Unis.
Le 7 juin 1997, le Maroc se qualifie pour la quatrième fois au Mondial, à Casablanca.
Il détient ainsi le record de participation à l'échelle continentale. Et ce, après avoir été le premier pays africain à s'être qualifié à la phase finale de la coupe du monde.
Sachant qu'auparavant la qualification de l'Égypte s'était faite dans un contexte très particulier. Au cours de la phase finale, il n'y avait que quelques équipes engagées.
Avant d'avoir son billet pour Mexico 70, l'équipe nationale devait affronter l'équipe du Soudan, alors au summum de sa gloire. Ce dernier match capital s'est joué lui aussi à Casablanca. L'équipe nationale où évoluaient des joueurs comme Houmane, Ghandi, Allal, Bamous, entre autres, avait remporté ce match par 3 à 0. La route vers Mexico70 est alors grandement ouverte.

À cette époque, le Maroc était considéré comme un petit poucet face à des ogres, comme l'Allemagne, le Brésil et l'Italie. Mais les coéquipiers du capitaine Bamous vont démontrer au monde entier qu'ils ne sont pas venus en victimes désignées.
Les joueurs allemands l'apprendront à leurs dépens pendant une grande partie du match qui les a opposés à l'équipe nationale.
Durant plus d'une heure, le Maroc a mené les débats grâce à un but du Rajaoui Houmane. Les Allemands n'en revenaient pas à l'image de leur capitaine Beckenbaeur qui fut cloué au pilori par une feinte de Bamous.
Mais l'expérience des Allemands a prévalu, bien qu'ils aient trop peiné pour remporter finalement le match par 2 à 1. Malgré cette défaite, l'équipe nationale a pris du galon dans le ghota du football mondial.
Le football national connaîtra après, une longue hibernation avant de renaître de ses cendres. L'équipe nationale commencera par remporter la coupe d'Afrique à Addis Abeba en 1976. Mais elle attendra jusqu'en 1986 pour être qualifiée à la phase finale de la coupe du monde.
Cette fois-ci, les coéquipiers de Zaki vont assurer leur qualification en terre étrangère, plus précisément à Benghazi, en Libye. L'équipe nationale avait perdu devant son homologue libyenne par un but à zéro, mais à l'époque les éliminatoires se déroulaient sous forme d'un championnat.

Le Maroc s'est classé premier de son groupe et une nouvelle génération a repris le relais. Elle explosera un certain 11 juin 1986 à Guadalajara quand Khairi et Krimou vont donner l'estocade à l'équipe nationale portugaise.
Auparavant ,Timoumi et compagnie ont tenu tête à des équipes huppées, comme l'Angleterre et la Pologne. Ils rentreront dans l'histoire en se qualifiant pour le second tour où ils retrouveront l'équipe allemande.
Jouant sans complexe, les Marocains ont tenu la dragée haute à des joueurs comme Breitner , Littbarski, Matthaeus. Les Germaniques n'ont dû leur salut qu'au triste coup franc, marqué à la dernière minute. Le bouillon Breitner qui avait déclaré qu'il aborderait ce match en costard, est passé pour un dégonflé.
L'équipe nationale est sortie avec tous les honneurs et s'est forgée, depuis, une excellente réputation dans le monde entier .
Elle récidivera le 10 octobre 1993 en se qualifiant au Mondial 94 après avoir battu la Zambie par 1 à 0 à Casablanca. Certes la prestation de l'équipe nationale à Orlando aux États-Unis a été des plus médiocres. Mais cela est dû beaucoup plus à une question de discipline qu'à la valeur intrinsèque des joueurs. Ce mondial était raté par la faute d'un encadrement administratif et technique qui n'honorait pas le football national.
Par une décision tout a fait pertinente, ceux qui ont failli à leur mission ont été démis de leurs fonctions. L'échec au Mondial 94 fut même une occasion qui a poussé les responsables à remettre de l'ordre dans la maison

Depuis, l'ordre militaire a prévalu et l'assainissement n'a pas tardé à donner ses fruits. Le sérieux a payé le samedi 7 juin 1997 par une qualification avant terme des lions de l'Atlas. La suprématie du football marocain à l'échelle africaine n'a jamais été établie d'une manière aussi convaincante.
Les lions de l'Atlas vont donc partir à la conquête des Gaulois dans un mondial où ils seront fortement attendus. Il leur reste exactement un an pour affûter leurs armes par une préparation minutieuse.
Avec une équipe équilibrée dans tous les compartiments du jeu, un staff technique compétent et une fédération responsable, l'objectif n'est pas de participer mais de gagner.
Au niveau où notre football est arrivé , on n'a plus de complexes à faire face aux grandes équipes du monde. Surtout que la majorité des sélectionnés sont des professionnels qui n'ignorent rien du football de haut niveau. L'engagement de l'équipe nationale dans les éliminatoires de la coupe d'Afrique est un atout dont il faut profiter.
Il faut même en faire un objectif, non pas seulement pour participer à la phase finale de la CAN 98, qui aura lieu en mars prochain, à Burkina Faso. Mais pour remporter cette coupe qui nous échappe depuis plus de vingt ans. L'équipe nationale aura ainsi ajouté un autre jalon à son palmarès et bénéficiera d'une bonne préparation quelques mois avant le Mondial.
Le problème se pose donc pour le restant de l'année 1997 où l'équipe nationale ne devrait pas lâcher la bride. la fédération devrait répondre à l'invitation pour des matches amicaux avec plusieurs pays sud américains. Il est toutefois regrettable que l'équipe nationale n'ait pas pu participer au tournoi tunisien pour un problème de calendrier. Un tournoi amical qui verra la participation du Nigeria, du Cameroun, de l'Algérie et de la Tunisie, et ce, du 5 au 7 août 1997 .
L'entraîneur Henri Michel est parti chez lui pour faire la promotion du football national. Un football qu'il admire tellement qu'il veut en faire son cheval de bataille pour reconquérir la France. On va gagner la France! Parole de Henri Michel.

la finale historique de la coupe de la CAN 2004 (Coupe d'Afrique des Nations) qui a opposé, et pour la première fois de son histoire, deux pays maghrébins : la Tunisie (pays organisateur) et le Maroc. Un match d'une sensation forte, dont le résultat a surpris les uns et rassuré les autres, notamment avec la victoire de la Tunisie par un score de 2-1 en sa faveur.

Les deux équipes ont fait un parcours exceptionnel durant cette CAN, et toutes les deux ont fini premières de leurs groupes en fin de premier tour.

Les Lions de l'Atlas (Maroc) ont commencé par une victoire contre le Nigeria (1-0) qui leur a valu la propulsion à la tête du groupe, suivi d'une autre victoire contre le Bénin (4-0), et enfin une égalisation contre l'Afrique du Sud. Aux quarts de finale, ceux-ci ont remporté le match contre l'Algérie par un score de 3-1,un match qui restera dans les anales du foot maghrebin et africain et en demi-finale contre le Mali par 4-0 toujours en faveur du Maroc.

=============================

                         Pour en savoir plus

Palmarès

CAN : 1976
Jeux Méditerranéens : 1983
4 participations en phase finale de Coupe du Monde (1970, 1986, 1994 et 1998) - éliminé aux 1/8 de finale en 1986 par la RFA

Coupe du Monde 1998
  

Record en sélection : Abdelwajid Dolmy (124 sélections)
Record de buts en sélection : Ahmed Faras (42 buts)
Meilleur buteur en phase finale de Coupe du monde : Merry Krimau (2 buts)

Les Gloires : Ben Barek, Faras, Timoumi, Krimau, Bouderbala, El Haddaoui, Zaki

Palmarès des Clubs Coupe d'Afrique des Clubs Champions :
- 1985 : FAR Rabat
- 1989 et 1997 : RAJA de Casablanca
- 1992 : Wydad de Casablanca
- 1999 : Ligue des Champions : RAJA
Coupe de la CAF :
- 1996 : Kawbab Marrakech
Coupe des Champions afro-asiatiques :
- 1993 : WAC de Casablanca
 
Les Stades Complexe Mohamed V, Casablanca (60 000 places)
Complexe Prince Moulay Abdellah , Rabat (50 000 places)
Stade Harti, Marrakech (20 000 places)
Stade Hassan II, Fes (20 000 places)
A ajouter à cette liste tous les autres stades en construction actuellement
 



=============================

                 Les Premières Africaines:


Premier pays africain à atteindre les barrages Euro-africains en éliminatoires de la Coupe du Monde
Maroc-Espagne 1961

Premier pays africain à avoir franchi le premier tour d'une coupe du Monde
Mexico 1986

Premier pays africain à avoir concouru à l'organisation d'une coupe du Monde Mondial 1994 - Etats-Unis

Premier pays africain à arbitrer une finale de coupe du Monde
Mondial 1998 - France 

Premier pays africain à aligner un joueur en phase finale de coupe du Monde
Suisse 1954 (Abderrahmane Belmahjoub avec l'Equipe de France)

Seule nation à avoir été classée 3 fois meilleure nation africaine par la FIFA
1997 - 1998 - 1999

Premier pays africain à participer au championnat du Monde des Clubs
Raja Casablanca en 2000
...

============================










=============================



CARAPILS
























20:54 Écrit par Maroxellois dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : mountakhab, lions de l atlas, veterans, palmares |  Facebook |